Le matériel

Le vélo

C’est un tandem de base de chez Decathlon.
Il est à peine customisé : rajouts de pneus Schwalbe classiques, ajout d’un porte bagage un peu costaud, pédales récentes à l’avant et changées pendant les vacances à l’arrière (don gracieux d’un vélociste de Bâle qui n’a pas pu nous laisser repartir comme ça 🙂 et que je salue ici), rétroviseur et l’attache remorque. And that’s all !

Il a rendu de bons et loyaux services, même si je le trouve un peu léger au final pour ce genre de périple. Jantes qui voilent rapidement à la charge, cadre moins rigide au poids, freins légers en mode convoi, pédalier qui grince en fin de vacances… Bref, il a fait les 19 jours avec un point réparation à Bâle. Pour sa défense, je ne suis pas un ayatollah de la maintenance-vélo, mais bon c’est un modèle à mon avis plus destiné au loisir de temps en temps, qu’à de la randonnée vélo… J’attends d’essayer d’autres modèles avant d’arrêter mes idées.

La remorque

La remorque a également rendu ses bons et loyaux services.

C’est le modèle GoBug Deluxe de la marque TREK, achetée chez CycloRandonnée. Dans l’ensemble, l’utilisation est plutôt positive au niveau place, confort de l’enfant et des « pédaleurs » ;o) De manière assez étonnante, l’ensemble reste très bien étanche avec une bonne saucée (expérimentée en Suisse). Je dis de manière assez étonnante car la protection pluie du coffre ne paraît vraiment pas opérationnelle, et pourtant, les affaires sont restées au sec.

Dans le coffre nous arrivions à caser presque toute la maison : duvets, matelas et chambre de la tente, un bon bout de tyvek, l’appareil photo et un peu de bouffe (suivant)… et bien entendu notre titou de 4 ans 😀

Nous avons aussi vraiment apprécié de nous en servir comme poussette à quelques occasions (promenades, musées, concerts), mais sans avoir de roues avant : donc merci la barre pour pousser !

Notre fille a fini par bien s’approprier l’espace, voire y mettre pas mal de bazard (poupées, jouets, livres, crayons, cahier… et même le ballon les derniers jours)

Les quelques défauts relevés :

  • l’encombrement de la capote de pluie : quand il pleut elle est bien, mais quand il fait beau elle est vachement encombrante
  • l’encoche du drapeau (en bas, en toile) s’est percé durant les vacances (mais qui est vraiment une faiblesse de conception)
  • impossible à vraiment sécurisée si on la laisse, puisque tout se démonte ; on peut se rassurer en se disant qu’il faut connaître avant de partir avec des bouts… j’avais quand même emporté un câble avec deux boucles pour attacher les roues au cadenas du vélo
  • la nécessité absolue de se bricoler un pare-soleil
  • l’usure de l’attache au vélo : sans que ce soit vraiment problématique, elle prend un peu de jeu parce qu’elle est difficile à mettre. Un peu de graisse régulièrement devrait aider. Je reconnais mon tort d’avoir laissé le tube à la maison 🙁

[nggallery id=4]

La maison

Concernant la tente, notre choix s’est porté sur la Escape 3 chez Intersport (je mets aps de lien parce que c’est pas des flèches non plus). Modèle d’occasion qui se trouve de temps en temps.
Ce qui nous a plu, c’est l’espace de cette tente qui en effet représente un rapport poids/espace/prix qui nous correspondait. On est dans une vraie 3 places (180 de large), du coup confortable avec un enfant. Certes, niveau intimité, l’enfant n’a pas sa chambre, mais bon 😉

Nous l’avons du coup bien rodée en atmosphère humide (bords d’eau systématiques sur les bords de la véloroute), et chambre impeccable mais 9 fois sur 10, beaucoup de condensation sur la paroi intérieure du double-toit.
Résistance à la pluie très correcte lorsqu’elle est bien montée. Le montage sous la flotte est gérable : on monte l’extérieur, puis l’intérieur en étant abrité.

L’énorme avantage de ce modèle est qu’on pouvait rentrer la remorque dans l’abside pour la nuit si besoin (en ne démontant que le timon avant).
Nous l’avons utilisée systématiquement avec une bâche de tyvek en dessous : je pense que ça coupe pas mal des remontées si on est à l’humidité. Niveau pratique, nous avons également séparé le stockage de la chambre (au fond de la remorque) du reste (au-dessus des sacoches).

Les sacoches

Les sacoches Vaude de base, version 3 contenants : gauche, droite, dessus.

Avec l’organisation suivante : à gauche, les affaires de monsieur et des réserves en vivres ; à droite, madame et mademoiselle dont les couches ; dessus, toute la popote. Dans les petites poches arrière, la pharmacie, la toilette et l’étendoir.

Avec la housse de protection, comme la remorque, ça a bien tenu la flotte.

Le système de clip rapide est un vrai bonheur, surtout dans l’adversité (quand on prend le train par exemple) et au quotidien, chaque fois qu’on charge/décharge. Bref, contents !

Et le reste…

Ben c’est beaucoup de choses et en même temps pas tant que ça 🙁 Pour 3, ça se remplit très vite, surtout en n’étant pas équipés à toc UltraLight (genre le duvet 30L). Mais cahin-caha, on trouve ce dont on a besoin et avec un peu d’organisation (et parfois en poussant un peu 😉 )on y arrive.

Donc on a là : les habits, la popote, les papiers, le couchage, la tente, les affaires de toilette, la pharmacie, le kit de sauvetage mécanique, la tente de Barbie Camping en tyvek (pas une 2 » à jeter mais un modèle tunnel)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.